Nous contacter :
Sur les pas de Saint François de Sales
06 84 81 04 22
670, route des Gaillands - 74400 Chamonix
mestrallet.frodile@wanadoo.fr


Activités :

Marche-pèlerinage jeudi 8 août 2013
Téléchargez le programme/bulletin d'inscription

Marche-pèlerinage jeudi 9 août 2012
Téléchargez le programme et le livret de marche

Marche-pélerinage du 4 août 2007
Activités organisées en juillet 2006



Documents à télécharger :

Dépliant de présentation de l'association
Citations illustrées de saint François de Sales
Pensées de saint François de Sales


A acheter en ligne :

Anthologie spirituelle de saint François de Sales,
par le père Max Huot de Longchamp







L'association Sur les pas de saint François de Sales a été créée en octobre 2005 afin de préparer et d'organiser la célébration du 400ème anniversaire de la visite pastorale que saint François de Sales fit en vallée de l'Arve en juillet 1606, et par ce moyen de faire connaître la vie et l'oeuvre de saint François de Sales ainsi que la permanence et l'actualité de son message.
A la suite du succès des activités organisées en 2006 lors du 400ème anniversaire, l'association a décidé de continuer et de pérenniser son action. Dans la fidélité à l'enseignement constant de l'Eglise, l'association espère ainsi contribuer à la nouvelle évangélisation à laquelle le Pape Benoît XVI, après son prédécesseur Jean-Paul II, nous appelle.

Benoît XVI, le 24 janvier 2007
« Aujourd'hui nous célébrons la mémoire liturgique de saint François de Sales, qui indiqua la voie de la sainteté comme un appel adressé à chaque état de la vie et a souligné que non seulement dans un monastère, dans une clôture ou dans la vie religieuse
on peut arriver au chemin vers la sainteté, mais également dans chaque état de sa vie, selon le mode propre de cet état de vie. Accueillez cette invitation, chers jeunes, et répondez généreusement dans les situations qui sont les vôtres, au Christ qui vous appelle aujourd'hui à faire dans votre vie, de l'Évangile, votre règle de vie. »


Saint François de Sales, le modèle du prêtre et de l'évêque


Saint François de Sales est né à Thorens, près d’Annecy, en 1567. Il fait ses études à La Roche-sur-Foron, Annecy, Paris puis enfin Padoue où il est reçu Docteur en droit.

Il est
ordonné prêtre en 1593 à Annecy. L’évêque de Genève en exil à Annecy l’envoie dans le Chablais pour ramener à la Foi catholique les habitants. Ces années sont décisives : François parcourt la région à pied, parfois au péril de sa vie. En 1595, François rédige, article par article, une présentation claire et solidement argumentée de la doctrine catholique. Il glissait lui-même ces feuillets sous les portes des maisons à Thonon. Par la suite il les fera imprimer et distribuer dans le Chablais. François travaille sans relâche.

Il est
ordonné évêque en 1602 : il a alors 35 ans. Au cours de son ministère, des visites de son diocèse, au confessionnal ou lors de ses voyages et missions à Paris, François rencontre des personnes de tous les milieux. Il prend conscience d’un réel désir de plusieurs d’entre elles de servir Dieu dans leur quotidien. A leur intention, il écrit “l’Introduction à la vie dévote”, règle de vie pour vivre en accord avec Dieu dans toutes situations. Nul n’est exclu de la vie d’union à Dieu… Il se rend compte également d’un autre vide à combler: mettre la vie religieuse à la portée de toutes les santés, de toutes les aspirations. Pour répondre à cette attente il fonde en 1610 avec Jeanne de Chantal l’Ordre de la Visitation. François s’épuisera au service de son Seigneur et de son église. Il n’épargne rien pour annoncer l’Évangile ; ni visites pastorales dans son diocèse, ni catéchèses des petits enfants, ni visites aux condamnés, ni voyages apostoliques. Il meurt à Lyon en 1622.


Quelques fleurs cueillies dans les écrits de saint François de Sales


C’est une erreur, et une hérésie, de vouloir bannir la vie dévôte de la compagnie des soldats, de la boutique des artisans, de la Cour des princes, du ménage des gens mariés ... Où que nous soyons, nous pouvons et devons aspirer à la vie parfaite.

Nous mourons petit à petit; il faut aussi faire mourir nos imperfections avec nous de jour en jour ... chères imperfections qui nous font reconnaître notre misère et nous exercent en l’humilité.

Quand Dieu appelle quelqu’un à une vocation, Il s’oblige par conséquent, par sa Providence divine, de lui fournir toutes les aides requises pour se rendre parfait en sa vocation.

C’est une heureuse condition pour nous en cette guerre que nous soyons toujours vainqueurs pourvu que nous voulions combattre.

Pour vivre content au pèlerinage de cette vie il faut tenir présente à nos yeux l’espérance de l’arrivée en notre patrie où éternellement nous nous arrêterons. Ne prévenez point les accidents de cette vie par l’appréhension, mais prévenez-les par une parfaite espérance qu’au fur et à mesure qu’ils arriveront Dieu vous en délivrera.

Il n’y a rien de petit au service de Dieu.

C’est rendre les petites actions fort grandes, que de les faire avec un grand désir de plaire à Dieu.

Dieu désire plus de nous la fidélité aux petites choses qu’Il met en notre pouvoir que l’ardeur aux grandes qui ne dépendent pas de nous.

Il faut fleurir où Dieu nous a semés.

Ne semez point vos désirs sur le jardin d’autrui, cultivez seulement bien le vôtre. Ne désirez point de n’être pas ce que vous êtes, mais désirez d’être fort bien ce que vous êtes.

La dévotion ne gâte rien quand elle est vraie, mais elle perfectionne tout ... Chacun devient plus agréable en sa vocation, la conjoignant à la dévotion: le soin de la famille en est rendu paisible, l’amour du mari et de la femme plus sincère, le service du prince plus fidèle, et toutes sortes d’occupations plus suaves et aimables.

On ne sert jamais bien Dieu sinon quand on le sert comme Il veut.

Soyez toujours le plus doux que vous pourrez, et souvenez-vous qu’on attire plus de mouches avec une cuillerée de miel qu’avec cent barils de vinaigre.

Ceux qui prétendent d’avoir part avec Jésus glorifié doivent premièrement avoir part avec Jésus crucifié.

Il n’y a qu’une seule chose nécessaire pour bien faire l’oraison, qui est d’avoir Notre Seigneur entre nos bras.

Il faut tout faire par amour, et rien par force.

Il faut ne voir que Dieu en toutes choses, et toutes choses qu’en Dieu. C’est là un petit rayon du Paradis où Dieu est tout en tous.

Pensons seulement à bien faire aujourd’hui, et quand le jour de demain sera arrivé il s’appellera aujourd’hui, et lors nous y penserons.

Allons toujours. Pour lentement que nous avancions nous ferons beaucoup de chemin.